Site en construction
Accueil
 
 
Qui suis-je ?

Ex-patron de la Fromagerie Moléson à Orsonnens,
Francis Grossrieder fabrique désormais des sauces «FranciSaveurs»

Photo

Le Salon des goûts et terroirs, c’est l’endroit où les gens sont curieux de découvrir de  nouveaux produits et de nouvelles saveurs. L’endroit rêvé pour Francis Grossrieder pour présenter au public sa gamme de sauces dédiées aux différentes fondues de viandes, de poissons ou aux dips de légumes. Une gamme artisanale commercialisée depuis peu sous l’enseigne FranciSaveurs et déclinée en huit saveurs, de la traditionnelle «ail&fines herbes» à l’incontournable «curry», en passant par une redoutable «poivre vert». «En tant que fromager, je me suis impliqué dans les procédures liées à l’obtention de l’AOC pour le Gruyère et le Vacherin fribourgeois. Je m’étais dit que je me lancerais dans un nouveau projet le jour où les deux produits auraient obtenu l’AOC», explique  Francis Grossrieder. Il y a deux ans, le Glânois est donc passé de la parole aux actes. Et a quitté la fromagerie Moléson à Orsonnens, qu’il exploitait depuis une trentaine d’années en collaboration avec sa soeur et deux cousins. Depuis, Francis Grossrieder s’est spécialisé dans l’importation de spécialités fromagères. En partenariat avec sa sœur Chantal Berset, qui a quitté elle aussi à la même période la fromagerie familiale, il a également repris l’exploitation de deux magasins spécialisés dans le fromage en Valais et s’est lancé dans cette fameuse production de sauces artisanales.

Produites à Vuadens  «Je ne suis pas parti de zéro. En reprenant les deux magasins valaisans avec ma soeur, j’ai pu racheter le concept et des recettes déjà en place là-bas depuis une dizaine d’années», explique Francis Grossrieder. «Vu le succès rencontré par ces sauces auprès de la clientèle, j’ai été convaincu de leur potentiel. J’ai donc décidé de les développer et de les distribuer plus largement.» Depuis l’année dernière, il loue ainsi des locaux à Atlantis Center, à Vuadens. Des locaux qu’il a transformés et adaptés aux exigences sanitaires, tout en affinant ses recettes et son système de production.«Comme je ne travaille qu’à partir de produits frais, il m’a fallu un peu de temps pour trouver des ingrédients garantissant régularité et qualité», explique l’intéressé. Un des défis a notamment consisté à  trouver des oignons et de l’ail de qualité constante. «Si leur taux d’humidité varie, cela se ressent immédiatement sur la
consistance des sauces», explique Francis Grossrieder, lui qui préfère pleurer des heures durant dans son laboratoire plutôt que commettre le sacrilège d’utiliser de l’oignon ou de l’ail en poudre. Fait surprenant: les sauces FranciSaveurs sont fabriquées à
partir de mayonnaise, mais affichent quand même des délais de conservation de deux mois au réfrigérateur. Comment est-il possible d’offrir de tels délais pour des produits garantis sans agents conservateur? «En pasteurisant les oeufs utilisés pour la mayonnaise, ce qui permet de les stabiliser », explique le Glânois.

Déjà 12 tonnes par an Passé le Salon des goûts et terroirs, FranciSaveurs va s’attaquer à un «gros morceau» avec la production des sauces qui seront consommées durant les fêtes de fin d’année. Au programme: 6 tonnes de marchandise, conditionnée dans près de 43000 pots de 140 grammes. «Actuellement, on écoule environ 12 tonnes de sauce par année, essentiellement via nos deux points de vente valaisans », indique Francis Grossrieder. «Notre but maintenant, c’est de trouver de nouveaux débouchés du côté des commerces.

Article paru dans "La Liberté" du 29 octobre 2008, écrit part Christophe Sugnaux

© www.francisaveurs.ch - 2009